Recherches

Vous êtes intéressé par une recherche généalogique ? Voici quelques précisions utiles …

Avant de se lancer

Établir son ascendance est un grand voyage dans le temps, qui vous permettra de retrouver la trace de dizaines, de centaines, voire de milliers de parents qui vous ont précédé dans cette vaste aventure familiale. Réaliser que l’on porte en soi une part de chacun de ces innombrables ascendants a quelque chose de vertigineux …

Mais, que les choses soient dites dès le départ, nous ne retrouverons pas l’acte qui vous permettrait de certifier l’existence d’un ancêtre décédé en 35 371 avant J.-C. lors d’une chasse au mammouth. La tenue des registres de baptêmes, puis de mariages et de décès n’est devenue obligatoire en France qu’au 16è siècle.

Mais le nombre d’ascendants dont on pourrait retrouver la trace est bien sûr purement théorique. Il peut même s’avérer plus élevé dans le cas où l’on se découvre des origines issues de la noblesse, ayant laissé des traces plus anciennes. Le plus souvent, on découvrira l’existence d’un nombre bien inférieur de personnes, et ce pour différentes raisons. Le nombre de parents croît bien au départ de façon géométrique (4 grands-parents, 8 arrière grands-parents, etc. …), mais assez vite cette belle mécanique se dérègle, et l’on retrouve des personnes identiques à différents endroits de l’arbre.

La faute à l’implexe généalogique dû aux unions entre cousins plus ou moins éloignés qui étaient la règle à l’époque pas si lointaine où l’on se mariait entre habitants d’un même village. Et merci l’implexe, car sans lui chacun d’entre vous aurait au bas mot plus d’un quadrillion d’ancêtres contemporains de J.-C., soit quelque 10 milliards d’habitants sur chaque m² de notre petite planète …

Autres événements à prendre en compte, les naissances « de père inconnu » et les abandons d’enfants, qui aboutissent la plupart du temps à scier une branche de l’arbre. Et puis, malédiction pour le généalogiste, la fragilité des supports écrits : certains registres ont été brûlés, détruits, d’autres ont subi les affres du temps et se décomposent, l’encre parfois s’efface …

Enfin, si la paléographie permet de déchiffrer les écritures anciennes, et si l’un des plaisirs de la recherche est au détour d’une page de découvrir des textes magnifiquement calligraphiés, certains officiers d’état-civil ou curés de paroisses souffraient du syndrome dit de l’écriture de cochon, au point de rendre certains actes difficilement déchiffrables.

Etudes personnalisées

Établir une généalogie ascendante permet de faire connaissance avec l’ensemble de ses ancêtres directs. Outre l’identité de chacun, on en découvrira les lieux de naissance, de mariage et de décès, ainsi que l’âge au moment du décès.
Les archives disponibles donnent souvent la possibilité d’aller plus loin dans les recherches.
Au-delà de l’état-civil, on trouvera par exemple dans les recensements de population les différents lieux de vie d’une personne et de sa famille.
Les tables de l’enregistrement donneront une description des caractéristiques physiques ou intellectuelles, lors de l’inscription des hommes arrivant à l’âge adulte.

La reconstitution des familles apporte des informations particulièrement précieuses. La vie d’une fille unique est ainsi très différente de celle de l’aînée d’une fratrie de huit enfants.
La répétition de certains prénoms de génération en génération, le décès d’enfants en bas âge … l’état-civil recèle quantité de renseignements permettant de retracer les parcours de vie de vos ancêtres.

Mon travail pourra être affiné, réorienté selon vos attentes particulières, ou en fonction des éléments découverts.

Cadeaux !

Réalisation précieuse et personnelle, l’arbre généalogique peut devenir le plus beau des cadeaux.

Cadeau d’anniversaire par excellence, que l’on offrira à un parent, un cousin …

Imaginez … une grande fête de famille au cours de laquelle mamie Ernestine, toute émue, recevra pour ses 80 ans des mains de ses 17 petits-enfants l’arbre présentant son ascendance.

Il aura été facile auparavant de solliciter tous ces cousins pour partager les frais de recherche, puisque chacun pourra repartir avec un exemplaire de cet arbre commun.

Cadeau original que l’on peut faire également à son conjoint, belle surprise lors d’un anniversaire de mariage …

 

Pour se faire une idée

Imaginons par exemple qu’un certain Mr Quatorze, Louis de son prénom, me sollicite pour réaliser son arbre généalogique sur cinq générations.
Après quelques recherches, voici l’image de ce que je lui fournirai (cliquez dessus pour agrandir, format réel variable selon le nombre de générations) :

arbre Louis XIV 5

Les cinq générations demandées apparaissent avec dates et lieux de naissance, mariage et décès.
Une sixième génération est également transmise, mais avec seulement les noms des personnes puisque les actes correspondants n’ont pas été cherchés.
Certains actes n’étant pas disponibles aux archives, quelques dates sont imprécises ou manquantes. Ces actes ne seront donc pas facturées à Mr Quatorze, tout comme ceux concernant ses parents, pour lesquels il n’a bien sûr pas besoin de mon concours (il m’a lui même transmis copie de leurs actes d’état-civil afin que je puisse démarrer ma recherche). Au final, cette prestation lui coûtera donc moins de 400 euros.

On peut ici remarquer le taux d’implexe élevé, les mêmes personnes se retrouvant dans plusieurs branches de l’arbre.
Le travail du généalogiste en est simplifié d’autant … et la facture allégée !

Monsieur Quatorze étant un homme de goût, je lui proposerai – comme à vous – de choisir parmi l’un des nombreux modèles d’arbres disponibles :

Arbres « classiques »

Frises historiques

Il lui sera également possible moyennant supplément d’opter pour une représentation originale, à choisir sur la page Arbres ascendants.